„Djadja” cauzează bine français sau de ce Aya Nakamura reprezintă și pluralitatea Franței

„Djadja” cauzează bine français sau de ce Aya Nakamura reprezintă și pluralitatea Franței

Aya Nakamura, o cântăreață franco-malienă cu aură internațională – este cea mai ascultată artistă francofonă din lume –, a fost ținta propunerilor rasiste din partea membrilor extremei drepte, determinând l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris il ya deux jours.

This polemique enfle depuis câteva săptămâni după une Declarația lui Emmanuel Macron preocupare de participare de la chanteuse mai multe ori primée (nu spuneți Victoires de la Music 2024) à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques où elle interprétera une chanson d’Édith Piaf.

This hypothèse a suscité des reacții de dreapta și de extremăsurtout du parti “Reconquête” et d’un grupuscule d’ultradroite „Les Natifs” care a dezvoltat o dezvoltare semnal : “Y’a pas moyen Aya, ici c’est Paris, pas le marché de Bamako”, faisant référence au refrain de sa chanson phare, “Djadja”.

Un sondaj realizat pe 10 martie Winimax RTL dezvăluie că 63% dintre francezi s-ar opune ideii că cântăreața ar putea interpreta Édith Piaf în timpul ceremoniei de deschidere a JO. Les arguments advanced sont les suivants: les Français n’aiment pas ses chansons (73%); nu reprezintă muzica franceză (73%), și cu atât mai puțin la jeunesse (60%). D’autres Français înlocuiesc polemica sur le terrain linguistique ; c’est le cas du député RN du Nord, Sébastien Chenu qui consider qu’Aya Nakamura ne valorise pas la limba franceza oh bine Marion Maréchal Aici declara qu’elle « ne chante pas en français. Ce n’est ni notre langue ni notre culture. »

Cu toate acestea, titlul principal al cântăreței, „Djadja”, lansat în aprilie 2018, a devenit „tubul verii” care traversează granițele belgiene, elvețiane, austriece, germane etc.

La chanson ” Djadja “, 2018, o sumă de 951 milioane de vue pe YouTube.

Aux Pays-Bas, “Djadja” a pris la tête des ventes, ce qui était une première depuis 1961, unde Édith Piaf avait reușit să exploateze cu “Nu regret”. Videoclipul pentru „Djadja” are 951 de milioane de vizualizări pe YouTube. De atunci, cântăreața a ajuns la peste 9 milioane de ascultători pe lună și este cel mai francez artist de pe Spotify.

Why Nakamura ne peut donc pas, selon sures, “representer la France” aux JO? Maltraiterait-elle à ce point la langue française?



Citeşte mai mult:
Comentariu Beyoncé contribuie la răspândirea culturilor africane


La langue est identitaire

On sait comme la langue est identitaire. Si la France s’enorgueillit de sa francophonie – en témoigne l’inauguration in octombrie 2023 de la Cité internationale de la langue française –, elle se rejouit de ce ce concept instaure une barrière imaginaire entre le français du dehors – „exotique”- et le français du dedani – asimilat limbajului lui Molière.

În ce sens, Aya Nakamura ar avea toute latitudinea pentru chanter în français în Bamako, mai mult la Paris, într-o ceremonie care engage l’image de la France, devent pour sures, une eresie.

Textele lui Aya Nakamura sunt de fapt presărate cu cuvinte din alte contexte lingvistice. On pense ainsi à des termes mama (“djadja”) sau de l’argot ivoirien (“tchouffer”), mais aussi le verlan à partir de mots français (“tit-pe”) sau anglais (“de-spi” pentru “viteza”) sau encore quand elle a recourt à des expresii argotiques très contemporaines (« bails », « seum », « dèche quelqu’un », « c pas mon délire », « genre »). Elle folosește aussi des structures qui tordent la syntaxe (” donne-moi douceur ” ; ” il me voulait cadeau “). Or ces usages s’inscrivent dans une dynamique linguistique care nu este pas specifique.

Ca tous les poètes, écrivains et chanteurs, elle „inventează” o „limbă străină”, c’est-à-dire une langue neuve pour réveiller la langue commune. Porecla „Piaf” (petit oiseau) d’Edith Gassion vient aussi de l’argot et on sait que la chanteuse populaire, comme bien d’autres (France Gall) n’a pas boudé son plaisir de couper ou mixer les mots (« chand » < « marchand »; « cré » < sacré · cézigues < ces zigues) ni de jouer sur les acorduri și ritmuri (‘padam padam’).

(Plus de 85 000 de lecteurs font confiance aux newslettere de The Conversation pentru a înțelege mai bine les grands enjeux du monde. Abonați-vă astăzi)

„Daronne”, argot du XVIIIᵉ siècle

Peste tot, alături de o langue académique, il existe des parlers populaires créatives, bazat pe néologisme lexicale sau semantice și diverse jocuri de limbaj. Le sens d’un mot comme “Daron” qui, dans le parler des jeunes, înseamnă “la mère” n’a pas été inventé dans les cités. Au XVIIIm siècle, il existait deja. Au XIXm siècle, il a le sens de “patronne de bar”, avant d’être repris par le milieu prolétarien du XXm siècle pour designaire la mère.

În retrospectivă, par ailleurs, dans les textes de la chanteuse, des mots du créole sau du français antillais (« boug » ; « bail » qui vient de « chose » > « bahay »> « bail », en créole : « chose » ) ; „dachine”, „parler sur quelqu’un”), des mots anglais, espagnols etc. La musique – le rap en particulier – este un prins sutien de langues et de mots d’ici et d’ailleurs.

Beyonce, Feat Jay-Z, “déja vu”.

La langue française este fecondée par les mots Venus des terres qu’elle a colonisées, mais aussi par ceux de l’anglais et de l’espagnol “globalisés”. Elle colonize aussi les mots des chansons d’ailleurs: en témoigne le titl “Deja vu” de mai multe chansons différentes (celles de Post Malone, Justin Bieber, Olivia Rodrigo, Beyoncé, Shakira), écoutées lemontes par plusieur .

„Y la R”

Les réseaux sociaux ont overuversé les pratiques linguistiques prin boom des formes abrégées. În “Djadja”, Aya Nakamura recurge la “Y à R” pentru “il n’y a rien” mais aussi des formes telles que “déter” pour “determines”? ” À c’qui paraît ” ou ” askip ” : à ce qu’il paraît).

Elle invente parfois son propre langage (“pookie”, “tu dead ça”) avec une coherence d’ensemble, tout în reflétant des folosește bien implantés în Franțaet pas seulement dans les cités.

Ainsi, “Tu dead ça” renvoie à “tuer quelque chose” qui, en argot, înseamnă “asigur”. Verbul „mort”, perçu comme plus expresiv, est mis pour „tuer”.

S’insèrent aussi des archaïsmes de la Franța continentală qui sont des mots encore vivaces dans la francophonie : “catin” (“prostituée”), “palabre” (très utilisé dans le français de l’Afrique subsaharienne), “louper le coche” etc. Cette façon de ordre les mots, de mêler des idiomes different, de jouer avec les sons n’est pas propre à Aya Nakamura.

Jacques Dutronc, „Merde în Franţa”, 1984 (INA).

On pense ainsi à Jacques Dutronc cu “Merde in Franta”, Serge Gainsbourgsau encore Plastic Bertrand avec ” Sentimentale moi ” : ” donne-moi amour émoi… donne-moi amour et moi… t’es branchée tranzistor “, ” t’es branché eskimo “.

Un déni d’universalité?

Pour rappel, la vitality de la langue française est due en grande partie aux parlers populaires et à l’argot. Sans cette creativity, le français perdrait en vitality și nu ar fi syn cette langue de tous les continents care l’ont fecondé.

La mauvaise foi sau méconnaissance de “Reconquête” et leurs semblables est flagrante. Or, ce sont les mêmes qui quémandent des bulletins de vote au moment des urnes en “outre-mer” et qui ont la nostalgie de la colonizare triumfătoare.

Le français feconde les autres langues et est fecondé en retour. Aya Nakamura nu chante pas moins en français que les autres, sauf qu’elle n’a peut-être pas la “bonne couleur”, et se voit d’emblée assigned au monde de la cité. Que se cache-t-il donc derrière ce rejet, entre racisme et classisme?

Face à ces réactions judecată „rasist” de însăși Aya Nakamura („Racist, dar nu acru” a răspuns a doua zi chanteuse sur Xet aussi par nume de personalitățiil faut voir la sustenance de représentations de Imaginar colonial selon quelles un “Noir” n’a pas acces à l’universel.

As name de “non Blancs”, il se trouve enfermé dans la seule représentation de soi et des gens de sa categorie, cu tous les clichés associés, digne du pitch du film O ficțiune americanărecent prime aux Oscars.

Bande-annonce de O ficțiune americană de Cord Jefferson.

La publicitate l’illustre bien : au “Noir” sont associés les “objets” noirs ou maron (café, chocolat), c’est-à-dire ce à quoi on l’assimile (une couleur) sau ce à quoi il est redus ( la banane, la fête, le sexe), mais never ce qui est perçu comme neutre ou valorisant: un Noir au volant d’une Porsche par exemple.

Franchir la ligne de couleur ?

C’est comme si la “couleur” du “Noir” le prédéterminait à ne pas pouvoir “representer” l’humanité. Il ne peut, selon sures, represent tous les êtres humans, et encore moins, les “Blancs”. Ce n’est pas par hasard que, dans la langue, l’expression “gens de couleur”, d’origine coloniale, renvoie au „Prejugé de culoare” care delimite une ligne de “couleur” între les “Blancs” și les “non Blancs”.

La couleur devient un privilege qui conditionne le pouvoir sau non de représentaire l’Humain dans son entier, droit refusé auxdits “gens de couleur”. De aceea, unei cântărețe precum Aya Nakamura i se poate refuza dreptul de a reprezenta Franța, și nu Edith Piaf care, în ciuda originilor ei kabile, a rupt linia de culoare.

Pour être “Blanc”, point besoin d’être né “Blanc”, il faut juste être perçu comme tel, de même que, naguère, pour franchir la ligne du “préjugé de noblesse”, point n’était besoin d’être né nobil, il suffisait d’être anobli.

Le “préjugé de couleur” rămâne tenace și aceleași cauze nu creează aceleași efecte: Piaf jouant avec le français est une icon, Aya Nakamura faisant de même “ne parle pas français”. Nici L’égerie mondiale de L’Oréal nu poate reprezenta Franța echipa Franței de fotbal din 2022 ne le putea pas non plus, selon sures. Craint-on que le “cocorico” ne soit plus l’apanage du seul coq gaulois ?

Comments

No comments yet. Why don’t you start the discussion?

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *