Et si la solitude était le véritable mal du siècle?

Pe 15 noiembrie 2023, l’Organisation mondiale de la sănătate (OMS) a anunțat că se ocupă de „chestiunea singurătății ca amenințare urgentă la adresa sănătății”, făcând ecou multe studii, dintre care cel mai recent a fost realizat de companie. Gallup de Juin 2022 à fevrier 2023 dans 142 pays et a conduit à la mise en lumière d’un chiffre on ne peut plus alarming : un quart de la population se sentirait seule.

Dans ce monde hyper connectat qui est le nôtre, la solitude ne semble-t-elle pas un bien curieux paradoxe ? După cum subliniază Economist Daniel Cohen :

„alors que les réseaux sociaux sont censés connecter les gens, le mal du siècle, c’est la solitude”.

Pentru a înțelege ce fenomen grandios în lumea occidentală, s’interoger sur l’évolution du rapport que l’individu entretient avec le collectif semble necesar și permite d’elargir pe un plan social ce că jout a chacun de, s’interroger. sur l’évolution du rapport, au moins, ressenti en son for intérieur, dans ce face à face parfois si angoissant avec soi-même.

Qu’entend-t-on exactement par le terme “loneliness” ?

La mot singurătateîmprumutat din latină “singurătate”de même sens, lui-même derivat din solus, „seul, unique” – definit ca „l’état d’une personne qui, de façon choisie ou non, se trouve seule, sans compagnie, momentanément ou durablement”. Definiţie Rien de plaisant ni de douloureux dans cette. Pas de dimensiune iremediabil non plus.

La question en suspens s’ancre donc dans le rapport que l’on entretient avec la solitude : s’agit-il d’un état choisi ou d’un état subi? Sur un versant que l’on ar putea qualifier de “positiv”, la solitude poate-être un loc propice à l’elevation et à la creation. De la compoziție literarăà la retragere spirituală en passant par la redaction lors de ses étudesla descente en soi-même peut être vécue, certes, comme une épreuve, mais finalement devenir productive, pour soi-même, d’abord, et pour les autres, afterwards.

Pe de altă parte, „malul secolului” este un fenomen potențial devastator – real sau simbolic – care afectează persoana celibată, enduillée sau sans amis, fără izolare, consécutif perutrate, consécutif à celibataire sur la pente dangereuse du. splinăhaide depresievoire du sinucidere.

Le lien social et son delitement

Mais au delà de l’individu, c’est bien la concept de “lien social”, laquelle, selon le sociologue Serge Poughham „desemnează o dorință de a trăi împreună, de a lega indivizii dispersați, de o coeziune mai profundă a societății”, care pare să fie în centrul acestei afaceri.

Cu toate acestea, așa că este precis:

« Dans les sociétés modernes, les modelèles Institutinels de la reconnaissance se sont individualisés, ils se fondant more sur des traits individuels que sur des traits collectifs. »

D’où le constat de délitement împărtășit de numeroși sociologi, chiar și faimoasa „criză”, expresie atât de răspândită încât a devenit, din păcate, banală, adesea declinée mediatiquement sub numele de “fractură socială”d’„Excluderea socială” bis de „deliaison social”.

La solitude semble devenit, în creux, un refuge contre le reste du monde qui peut nous appareire de plus en plus comme illogical, incomprensible voire hostile.
Shutterstock

Pentru că, dacă „la solitude creative et insoumise est désir de se libéraire”, în tentant de se ré-approprier, prin „conquête du „je””, des marges de manœuvre vis-à-vis d’une société perçue comme trop ?) contraignante, pour reprendre les propos de l’historienne Sabine Melchior-Bonnet dans son recent ouvrage Histoire de la Solitude, elle semble plutôt devenue, en creux, un refuge contre le reste du monde. Un monde qui nous appareit de plus en plus comme absurd, incomprehensible voire hostile, car mettant à la fois tout la doar un clic distanță mais empêchant aussi d’aller au-delà de ce geste unilateral de l’homme à la machine, afin de rencontrer într-adevăr un “autre soi-même” pour reprendre le titre d’un ouvrage du philosophe Paul Ricoeur.

(Plus de 85 000 de lecteurs font confiance aux newslettere de The Conversation pentru a înțelege mai bine les grands enjeux du monde. Abonați-vă astăzi)

Deci, sociologul Robert Castel Consider că drainage du lien social est prioritairement une “destabilizare”c’est-à-dire qu il décole d’un processus historique d’éloignement de la cohesion sociale qui se traduit concretement par une vulnérabilité individuelle (perte d’emploi, isolation…).

Le triomphe (provisionaire?) de l’individualisme

Car si l’impact de la solitude est, certes, individual, son explication est peut-être à chercher sur un plan plus global, plus social.

Inversons un moment la view et demandons à la société – et non à l’Individu – quel est, pour elle, son “mal du siècle”? Elle nous répond sans doute en nous opposant un autre concept: celle de l’individualisme dans sa version “glorification du moi” (l’opposant en cela à un individualisme plus “positif”) telle quelle était déjà denocue Emile Durkheim… în 1898.

C’est bien, en effet, le triomphe de acest ideal americanhéritier direct du jadis flamboyant făcut singur, qui s’incarne de nos jours dans la mise en avant perpétuelle de sa propre singularité. Or cette dernière, par definition, s’établit contre la masse des Autres, engenndrant, de fait, une situation auto perçue d’exception et donc de solitude.



Citeşte mai mult:
Quand le partage, plutôt que la consommation, aide à surmonter la solitudine


Pentru a relua analizele economistului anglo-saxon Noreena Hertz în cartea lui Secolul singuratic, c’est bien à partir des contrées occidentales que ce mal se propagate, là où le modèle vehiculé – le triumph de l’individu sur le collectif – exacecerbe, de fait, cet individualisme, facteur humain de l’izolement. En effet, si, pour moi, ma personne este more important que le reste du monde, alors il nest pas illogic que le reste du monde se detourne de moi. Surtout si chaque individu care le compose se fait le même raisonnement.

O femeie în vârstă solitară și deprimată.
l-Le triomphe de l’individu sur le collectif exacecerbe-t-il l’isolement ?
Shutterstock

Alors que faire? Doit-on remettre le collectif en premier? Imposibilitate. Car nous aspirons tous à être perçus comme “unique”. Ainsi que le underline le philosophe Edgar Morin, dimensiunea individuală și dimensiunea colectivă sunt indispensabile à chacun pour son accomplissement: „Les humains doivent se reconnaissance dans leur humanité commune en même temps que de reconnaisance leur diversité tant individuelle que Culturelle. »

Deja, în 1851, le philosophe allemand Schopenhauer décrivait cet état de tension interne avec sa parabole d’attraction-répulsion d’un troupeau de porcs-épics mourant de froid, representing ainsi de manière plaisante, la manie qu’ont les êtres-humains de, incts. des autres, puis de s’élonger, agacés par les piquants de leurs congénères. Incapabil să trăiască, nu poate fi mai degrabă într-un trop mare promiscuitate. Distanța „bună” pornind de la distanțele inițiale și cele mai recente…

La diversité, organizarea singurătății?

Dar, de nos jours, le triumful „eu” remet en cause ce précaire équilibre, en actant une bascule claire du côte de l’individu qui s’carne, paradoxalement, dans un autre concept “à la mode” : celle de la diversitatecare constă în a pune în ziua diferențelor individuale (26 de elemente oficiale identificate astăzi!) but d’abord (et exclusively ?) en tant que source de discrimination.

De fapt, celles-ci paroxistice Esențializarea individuală, c’est-à-dire l’acte de reduce un individualu à une seule de ses dimensions pour étreialement l’appréhender et le gerer sous ce trait unique, definitivement perçu comme salillant – sex, age, origin, disadvantage… les faits, regroupé en categories, deci în sisteme închise și separate, astfel izolate uns des autres. Une sorta de repartiție a umanității în categorii care, nu numai în anumite cazuri la pluralitate individuală, dar ar putea veni în interiorul unei evoluții, în consignant le felplus ou moins volontaire, à rester au plus proche des caractéristiques presentues de sa categorie d’affectues, ne l’autorisant qu’à se conformer, finalemente, aux individus de SA catégorie pré-definie sous peine d’ostracisme. Le grup reassure et libère, mais il exclus également.

Or, en mettant en avant ce qui distingue les gens, on oublie ce qui pourrait, au contraire, les rapprocher. En sacralisant la différence au point de l’ériger en nouvelle norme, ” l’humanité commune “, si chère à Edgar Morin, perd, par un mouvement de balancier, le terrain gagné par les egos. Cette situation entraîne une bascule dans l’isolement individuel, découlant de la necessité de trouver un groupe et de s y conformer sous peine d’exclusion sociale, et avec lui, le mal-être et les risques inhérents à c. Et c’est ainsi que l’individu, once triumphant, voit sa propre quête de gloire se refermer sur lui comme un oppressive carcan, l’entraînant irremediablement à se draper dans le terrible linceul de la solitude.

Leave a comment